26 mars 2017

Audrie et Daisy - Les survivantes

CATCH ME IF YOU CAN BOY
Daisy Coleman, une survivante

Audrie et Daisy ne se connaissent pas et ne se rencontreront jamais. Deux filles, deux villes, deux nuits mais une histoire similaire. 


Derrière la caméra, nous retrouvons le couple cinéaste composé de Bonni Cohen et de Jon Shenk. Séduit par le projet, Netflix est le distributeur exclusif. Le casting n'est pas composé d'acteurs prestigieux mais de personnes ayant vécues l'histoire: les victimes, la famille, les investigateurs et les auteurs du crime. 

Le documentaire revient sur deux affaires qui ont défrayé l'actualité. Loin d'être une fiction, le film fait écho dans la société, notamment avec la campagne It happens réalisée lors de la libération précoce de Brock Turner, auteur du viol de Stanford mais aussi à la chanson Til it happens to you interprétée par Lady Gaga. 

Le film dénonce la culture du viol, le rôle des réseaux sociaux et l'impact du harcèlement. 

Catch me if you can boy
Capture d'un dialogue sur Facebook entre Audrie Pott et son ami d'enfance, auteur de son viol. "Pour Audrie, adolescente de 14 ans, le monde tournait autour du lycée" raconte son père, "cette histoire l'a détruite et j'ai perdu ma fille."


À travers les récits, nous arrivons facilement à nous mettre dans la situation des victimes. Des émotions allant de l'effroi à la haine nous traversent. À chaque témoignage, l'histoire se répète, une ou deux adolescentes en état d'ébriété sont abusée(s) sexuellement, les crimes sont filmés, photographiés et partagés sur les réseaux sociaux. Les victimes sont lynchées et elles sombrent. La victime est blâmée et l'auteur du crime est protégé. Audrie et Daisy sont devenus des symboles contre le viol sur mineures, un sujet rarement exploité. 

La particularité de ce documentaire est la participation des protagonistes. Celle de l'auteur du crime, certes ordonnée par le juge mais essentielle, souligne les propos et un comportement sidérants. Le shérif, particulièrement, crée en nous un sentiment d'injustice et de rébellion. L'homme censé être le représentant de la loi et une figure de sécurité pour les citoyens, considère Daisy comme étant la coupable de l'affaire. - Je m'étouffe! - Cependant, la caméra garde un regard neutre pour que le caractère d'absurdité ressorte.

Le documentaire démontre aussi l'après-agression et à quel point il est difficile de surmonter cette étape. Avec les réseaux sociaux, les victimes subissent un harcèlement permanent. Les deux réalisateurs d'Audrie et Daisy ont voulu passer un message et pointer du doigt les réseaux sociaux, c'est chose réussie. D'ailleurs internet est un paradoxe. Une vie peut être détruite plus vite et plus facilement. À contrario, une vie peut être reconstruite grâce au soutien trouvé en ligne. 

Le documentaire ouvre au débat et j'espère qu'il aura un impact mondial. Cette histoire peut survenir n'importe où, n'importe quand et à n'importe qui. On s'identifie. D'ailleurs, c'est ce qui nous fascine. Lorsque le générique retenti, je ne me sens ni démoraliser ou triste mais révoltée. Le documentaire est révolutionnaire dans sa forme. Il donne la parole à tous les protagonistes et le temps de respirer. Le regard sur les victimes n'est pas apitoyant mais humain, ils partagent avec nous leurs douleurs mais aussi leurs reconstructions et leurs réussites. 

La morale du film nous concerne tous. Elle demande aux victimes de ne plus se taire, aux autorités d'instaurer un programme de prévention et d'éducation, aux témoins de dénoncer les crimes, aux auteurs d'avouer et aux autres d'ouvrir les yeux et d'agir.  N'attendons pas que ça nous arrive pour bouger. Prévenez et agissez. 

Documentaire Audrie & Daisy disponible exclusivement sur Netflix








4 commentaires:

  1. Dommage que je n'ai pas Netflix. Ce documentaire a l'air réellement poignant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Emmanuelle, Netflix offre un mois d'essai mais si tu veux, je pense qu'il est disponible i*légalement.
      Bonne journée 😘

      Supprimer
  2. Documentaire extrêmement réaliste, très dur de contrôler ses émotions devant. Je l'ai vu il y a quelques mois et j'y pense encore. Malheureusement ce genre d'histoire aux USA sont extrêmement nombreuses et on a pu voir cette semaine qu'en France on ne fait pas mieux (je parle de l'acquittement des 7 violeurs d'une jeune fille de 14 ans).
    Merci d'avoir partagé <3

    Mathilde's Closet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mathilde, je n'avais pas vu cette actualité. En effet, elle est similaire à celles du documentaire. C'est injuste, sous prétexte qu'elle a une sexualité libérée, elle ne peut pas avoir subi un viol. Ni la personnalité, ni les pratiques de la personne doivent entrer dans le jugement, seuls les conditions de la contrainte devraient l'être. Le pire pour une victime doit être la non-reconnaissance du caractère de victime, au final elle vivra un enfer tous les jours en pensant que c'était sa faute. Je suis sûre qu'il y a tant d'autres histoires sous silence.
      A toutes les victimes, je leur témoigne mon soutien. Merci Mathilde pour m'avoir partagé cette actualité, merci pour ton soutien 😘

      Supprimer