1 janv. 2015

Les 5 moments qui ont marqué mon année 2014




Bonjour! Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2015, que cette année vous apporte de l'amour, de la joie, de la réussite et une excellente santé! 


Pour faire original et parce que c'est un jour spécial, je reviens avec vous sur les cinq moments qui ont marqué mon année 2014. L'année fut riche en émotion, à l'image des montagnes russes. J'ai pris un an de plus et j'ai passé un cap durant ces 365 jours. Sans plus attendre, je vous laisse découvrir la suite. 




Cela fait des mois que je bassine mes amis avec cette ville et cette culture mais cela faisait des années que je bassinais mon entourage avec mon envie de visiter l'Outre-Atlantique. Malheureusement, mon année de césure avait mal commencé, une séparation douloureuse plus tard et des problèmes qui se sont accumulés, la vieille de prendre l'avion, je n'étais pas sûre que le lendemain je serai dans mon vol destination Montréal. Et pourtant, j'y suis quand même allée, j'ai raccourci mon voyage mais ce que j'ai vécu là-bas à bouleversé ma vie. Dis comme ça, on pense que j'ai vécu le rêve américain. Désolé de vous décevoir, j'ai juste eu un rendez-vous avec moi-même. Lorsque j'y étais, la ville était plongée dans un hiver qui semblait interminable. Vêtue de ma parka spécialement achetée pour l'occasion, de mon énorme écharpe plaid Zara, d'un bonnet tricoté avec soin et sans oublier la paire de gant indispensable, j'ai affronté cet hiver qui m'a semblé finalement doux pour découvrir une culture éloignée de tous les stéréotypes. Durant mon séjour, j'ai habité dans une maison avec deux garçons et chaque jour je visitais un peu plus la ville et la région Québécoise. La sensation est inexplicable mais là-bas, le poids qui pesait sur mes épaules s'est envolé, mes soucis ont disparu et j'ai profité pleinement de ce séjour pour m'exercer à l'anglais mais aussi pour prendre des décisions qui ont bouleversé ma vie. Commençons par le physique, durant ce séjour j'ai réappris à me côtoyer et à prendre soin de moi, j'ai repris de bonnes habitudes et grâce à ça, j'ai perdu plus de 10kg sans frustration en un an. Pour finir, j'ai appris à positiver et ça c'est génial quand on doit affronter une situation. Durant ce séjour, j'ai également appris à me féliciter et à exister, oui exister à côté d'un frère plus âgé (Tous ceux qui ont un frère ou une soeur plus âgés me comprendront). Biensûr durant ce séjour, j'ai rencontré des personnes avec qui une complicité est née, ce sont des liens incassables parce que ce sont des personnes formidables. D'ailleurs, si vous souhaitez voir plus de photos sur mon voyage canadien, je vous invite à rejoindre mon compte Instagram




New-York, New-York, New-York... Je rêvais d'y aller depuis des années! Grande fan des séries comme Sex and The City et Gossip Girl, je souhaitais déambuler dans les grandes avenues. J'y étais pendant une semaine et j'ai très peu dormi. Je voulais profiter de chaque minute pour croquer la grosse pomme. Lorsque j'ai posé un pied sur le sol, je m'y suis sentie comme chez moi. Les rues, les avenues, le métro, Central Park, les Buildings et même la langue anglaise me semblaient familiers. Une sensation de "Déjà Vu" me perturbait. J'ai mangé du homard rouge, je suis allée au sommet de l'Empire State Building comme Chuck Bass lorsqu'il attendait Blair Waldorf, à celui du Top Of The Rock également, j'ai dévalisé Victoria's Secret, dégusté des fraises enrobées de chocolat chez Godiva, dévoré un cupcake red velvet chez Magnolia Bakery, j'ai rencontré les écureuils de Central Park, j'ai mangé le meilleur burger de toute ma vie, j'ai fait la fête avec de parfait inconnus qui sont devenus des amis, etc... AAAAH si j'aurai pu, j'y serai resté mais ce n'est que partie remise. Quand je suis rentré en France, j'ai eu l'impression d'avoir vécu un rêve (j'ai dû me pincer quand même!). C'était difficile de revenir à la réalité.  Pourtant la météo était largement plus clémente en France qu'au Canada et malgré tout, Montréal et New-York sont entrées dans mon coeur.



A la Saint-Valentin, je n'avais qu'une crainte, être triste et seule car j'étais dans un des pays qui fête la Saint-Valentin avec ferveur. Ce que j'ai ressenti, c'est un vide immense. Ce n'était pas un vide d'absence accompagné de regrets mais un vide de soulagement accompagné d'un immense bonheur. Cela faisait des années que je l'aimais, des années que je ne vivais que pour lui mais cela faisait des mois qui me faisait souffrir, chaque jour un peu plus. Puis un matin, on se réveille et il n'est plus là. Il n'accompagne plus nos pensées, nos rêves, nos regrets, nos cris silencieux... On l'a oublié. C'est ainsi qu'une lueur est née dans mon coeur. Des étincelles brillaient dans mes yeux. L'avenir était devenu envisageable. J'ai vécu une excellente Saint-Valentin, j'ai dansé et ri avec mes amis. Les canadiens étaient très attentionné durant cette journée, même si je n'avais pas d'amoureux à mes côtés, j'ai quand même reçu une rose par un inconnu et des sourires parce qu'il faut savoir que les canadiens sont chaleureux! Même si aujourd'hui mon coeur est vide, c'est difficile de tourner la page mais je compte sur l'année 2015 pour me lancer un clin d'oeil.





Cela faisait des semaines que j'avais des appréhensions et j'en avais parlé à ma famille. Mon appréhension était bonne, ma belle-soeur nous a annoncé sa grossesse quelques semaines plus tard, le 3 décembre 2013. Le 15 avril, le jour de mon anniversaire, mon frère et sa compagne m'ont demandé si je souhaitais devenir la marraine de leur fils. Déjà marraine d'une petite fille, Elisa, j'ai accueilli cette demande avec énormément de joie. Biensûr que j'ai accepté, sans hésiter mais avec certaines appréhensions. Celles d'être une mauvaise marraine, de ne pas savoir comment agir avec lui mais également celle de ne pas trouver ma place. Encore aujourd'hui, j'ai beaucoup d'appréhension car si j'étais déjà marraine, c'est la première fois que je deviens tata et ça c'est un galon supplémentaire. Le 13 juin 2014, il est venu au monde. Blond aux yeux bleus, il fait le bonheur de toute la famille. Nolan c'est son prénom et on dirait celui d'un ange. Aujourd'hui il a 6 mois et demi, Notre relation n'est pas comme une évidence mais petit à petit, nous nous apprivoisons et chaque fois que je le peux, je profite d'être à ses côtés. C'est un petit garçon souriant et charmeur. Un ange.



Chaque jours, nous prononçons des milliers de mots. Certains ont une évocation poétique. Tous ces mots ont une signification. Lorsqu'ils sont prononcés par une personne qui n'est pas ordinaire, ils provoquent en nous, une sensation indescriptible qui s'apparente à de la joie, de la fierté, de la reconnaissance, de l'amour et tant de mots dans ce sens. Elle m'a appelé "marraine" et surtout elle m'a reconnu comme sa marraine. Depuis sa naissance, j'entretiens une relation très fusionnelle avec elle, parfois j'ai l'impression d'être de trop et de vouloir voler des moments qu'elle doit avoir avec ses parents, pourtant ce n'est pas le cas. Je remercie encore ses parents de m'avoir choisi pour être sa marraine et pour me permettre de participer à son éveil. J'ai eu peur qu'elle m'oublie pendant mon séjour en Amérique du Nord mais au contraire. Il m'arrive de la chatouiller pour entendre "arrête marraine", surtout la partie avec "marraine" que j'adore. J'ai aimé voir l'étincelle dans ses yeux quand je lui ai offert des ballons gonflés à son anniversaire. Cette année, elle aura 3 ans et j'espère que notre relation s'apparentra à celle que j'ai eu avec ma marraine, une relation de complicité. Elle pourra, comme Nolan, compter sur moi durant toute ma vie. Si le rôle de parents et le leur, le mien est celui d'une marraine. Je suis fière de chaque progrès qu'elle accomplie et d'elle tout simplement.




Et vous, comment s'est déroulé l'année 2014? 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire